Acheter une robe de mariée en ligne : cela est-il une bonne idée ?

Bonne question. D’habitude, les achats sur internet sont une excellente façon de visiter des centaines de boutiques tout en restant confortablement installées sur le canapé, d’éviter les queues à la caisse, d’épargner quelques euros et pourquoi pas de dénicher une bonne offre de dernière minute.

Tous ces avantages peuvent vite tourner au cauchemar si sur la liste de vos courses il y a votre propre robe de mariée. Tailles trop grandes, tissus abimés, couleurs altérées, accessoires en plastiques au lieu de perles et dentelles : la toile est riche de pièges à jeune mariée, toujours bien documentés sur les blogs et les sites internet. Une demie heure de navigation vous montrera des chefs d’œuvre d’une telle monstruosité que vous aurez envie de refermer votre ordinateur et le jeter par la fenêtre.robe mariée 2.1

Je vous rassure : tout n’est pas perdu. Internet reste un bon moyen pour ses recherches et pourquoi pas aussi pour l’achat les plus important de votre vie de jeune fille.

Commencez par vous rendre sur le site de revendeurs que vous connaissez ou que vous avez déjà utilisé pour d’autres achats. Vérifiez leur origine, leurs données d’entreprise. Etudiez les commentaires sur les forums et les pages Facebook d’entreprise et soyez attentives. Une page Facebook où tous les commentaires disent des merveilles de l’entreprise est à regarder avec méfiance.

robe mariée 2.2

Passez donc en révision les photos de votre robe de mariée du cœur : agrandissez les finitions, zoomé sur les tissus, prenez une loupe si nécessaire. Petite attention maline : ne soyez pas paresseuses et rendez vous en boutique. Vous aurez peut être la chance de trouver la même robe que vous avez vu sur internet. Vous pourriez l’essayer avant de l’acheter en ligne si cela vaut le coup et éviter de mauvaises surprises.

mariée 2.3

Dernière chose, mais pas des moindres, le prix. Si vous avez vu une robe de mariée de princesse en dentelle Valentino, recouverte de perles et voilages, pour deux cent euros il y a de quoi s’inquiéter. Car ça, ça n’existe pas. Sauf si c’est une arnaque. Soyez malines !